Champs de ble

ça vous chatouille ou ça vous gratouille?

Qu’est-ce que le rhume des foins ?

Le rhume des foins (rhinite allergique saisonnière) est un type d’allergie que l’on rencontre fréquemment. Les allergies surviennent lorsque l’organisme réagit de manière excessive au contact d’une substance.

Lors du rhume des foins, du pollen (de graminées, d’arbres et de quelques autre plantes) ou des substances similaires parviennent dans le nez, où des cellules les identifient à tort comme un risque et réagissent en conséquence. La saison du rhume des foins varie d’année en année en fonction des conditions météorologiques et de la libération de ces substances dans l’air.

 

Quels sont les signes d’un rhume des foins ?

Les symptômes les plus fréquents du rhume des foins sont des éternuements, des irritations, un nez bouché et un écoulement nasal clair. La conjonctivite allergique (yeux irrités, larmoiement) est aussi un symptôme fréquent. Un rhume des foins prolongé (chronique) se caractérise par un nez restant plus longtemps bouché, la perte de l’odorat et une hypersensibilité à d’autres substances.

 

Que se passe-t-‘il dans l’organisme ?

Les grains de pollen, indispensables à la fécondation naturelle des plantes, sont en eux-mêmes inoffensifs. Certaines plantes sont fécondées par les insectes, et d’autres par le vent : les grands responsables de ces allergies sont les pollens véhiculés par le vent.

Les grains de pollen renferment en effet des protéines qui sont identifiées comme substances étrangères par le corps, lequel s’empresse de les combattre. Le seul fait de respirer ou d’entrer en contact direct avec ces pollens entraîne un gonflement de la conjonctive et des muqueuses du nez chez les sujets prédisposés.

En réaction à l’hypersensibilité, l’organisme libère alors de l’histamine qui, à son tour, provoque les symptômes cités ci-dessus. Entre recommandations et remèdes ciblés, ce phénomène, si désagréable soit-il, reste heureusement la plupart du temps saisonnier et bien maîtrisé. Il présente toutefois un risque important : si elles pénétraient plus bas dans les voies respiratoires, les substances allergènes pourraient provoquer une crise d’asthme. D’où la nécessité de prendre soin même d’un « simple » rhume des foins.

 

Cherchez le coupable !

En Suisse, la quasi-totalité de ces allergies provient essentiellement de six variétés de pollens : ceux de noisetier et d’aulne tout en début d’année, de bouleau et de frêne à partir du mois de mars et jusqu’à fin avril, puis les pollens des redoutables graminées (blé, avoine, seigle….) en été, et enfin ceux de l’armoise.

Si vous êtes allergique, et à plus forte raison si cela vous gratouille ou vous chatouille déjà, confiez-vous à votre pharmacien : il vous prodiguera à la fois des conseils et des remèdes, locaux ou de fond, adaptés à vos besoins. Si cela s’avère nécessaire, il vous orientera vers un allergologue : ce dernier déterminera avec précision, à l’aide d’un test cutané et/ou d’un dosage sanguin, quelle est la substance incriminée et proposera éventuellement une désensibilisation.

 

Dans l’immédiat, que faire ?

L’homéopathie vous donne la possibilité d’agir autant préventivement qu’à titre curatif.

Posologie recommandée : dans les cas aigus, laisser fondre sous la langue 3 granules toutes les 15 minutes jusqu’à amélioration (au maximum pendant 2 heures) puis 3 granules 3 à 6 fois par jour selon symptômes.

 

Les incontournables à connaître :

  • Allium Cepa 9CH : écoulement abondant, clair, irritant avec éternuements. Aggravation dans une pièce chaude.
  • Dulcamara 9CH : quand l’herbe a été fraîchement coupée et provoque toux, chatouillements dans le larynx, nez bouché et écoulements des yeux. Aggravation la nuit.
  • Euphrasia 9CH : pour le plus grand bien de nos yeux : irritations, sensation de sable dans les yeux, sensibilité à la lumière, yeux rouges et larmoyants. Aggravation à l’air frais.
  • Sabadilla 9 CH : éternuement en salve avec écoulement du nez, accompagnés de douleurs frontales violentes, rougeurs des yeux et larmoiements ainsi qu’une irritation de la gorge et l’arrière-nez. Tous ces symptômes sont aggravés par le froid.
  • Pollens 15CH : le remède préventif « tout terrain » qui convient à tous pour désensibiliser votre organisme aux pollens ! Posologie recommandée : 1 dose par semaine pendant 4 semaines, puis 1 dose par mois pendant la période d’exposition.

Une toute autre approche: l’acupuncture a fait elle aussi ses preuves en cas d’allergies. A la fois préventive et curative, elle offre une amélioration appréciable, même en période de crise. L’idéal pour en profiter pleinement: deux séances par mois dès janvier, puis deux par semaine lorsque les yeux commencent à brûler.

À part cela, pratiquez à fond, et autant que faire se peut, la technique d’évitement:

  • Renoncez momentanément aux promenades en forêt l’après-midi, surtout s’il y a du soleil ou du vent.
  • Préférez le matin, lorsque l’air est humide, ou alors les jours de pluie…
  • Lorsque vous sortez, protégez-vous: chapeau, lunettes de soleil
  • De même, ce n’est pas du tout le moment de tondre votre pelouse vous-même!
  • Installez un filtre anti-pollens dans votre voiture

 

Quand devriez-vous consulter un médecin?

Les symptômes du rhume des foins sont généralement faciles à traiter et normalement, votre pharmacien vous donnera suffisamment d’informations sur les possibilités de traitement. Toutefois, vous devriez consulter un médecin si:

  • Votre vision est altérée
  • Vos yeux sont anormalement gonflés
  • Vous avez des maux de tête ou de la fièvre
  • Votre front est tuméfié lorsque vous le touchez
  • Un liquide blanc-jaunâtre s’écoule de votre nez
  • Vous avez toujours des symptômes 5 jours après le début du traitement
  • Afin de faire un diagnostic ou un bilan de votre (vos) allergie(s).

 

Les 7 conseils de votre pharmacien SUN STORE

  1. Rincez votre nez à l’aide d’un spray nasal contenant de l’eau de mer ou avec une solution de sérum physiologique. Les larmes artificielles offrent de bons résultats en cas de troubles oculaires.
  2. Lavez vos cheveux le soir et souvent, à plus forte raison s’ils sont longs, car ils ont tendance à attirer les pollens.
  3. Consommez régulièrement du miel de votre région, les abeilles ont forcément butiné près de chez vous, et leur miel, grâce aux particules de pollen qu’il contient, peut avoir un effet de désensibilisation.
  4. Lavez vos draps au moins une fois par semaine. Ne pas sécher votre linge en plein air. Bien aspirer vos tapis.
  5. Le plantain est l’un des meilleurs anti-allergiques naturels : demandez une teinture mère de plantain, et prenez-en 25 gouttes dans un peu d’eau, trois fois par jour.
  6. Parmi les oligo-éléments, cobalt et manganèse sont précieux pour lutter contre les allergies. Votre pharmacien peut vous les proposer sous forme plus concentrée que dans l’alimentation.
  7. La quantité de pollens dans l’atmosphère est, selon la météo, très variable d’une journée à l’autre : consultez les bulletins de pollinisation, par exemple sur : www.meteosuisse.ch